Actualités du NID | 1.06.2022

L’acquisition de cette parcelle potagère permet de préserver la vocation nourricière du site, selon des pratiques respectueuses de l’environnement. Elle permet également d’oeuvrer à la nécessaire relocalisation de la production alimentaire et contribue ainsi à l’atteinte des objectifs que la Ville s’est fixée dans le cadre de son Plan de relance.

En 2012, la parcelle située à Salzinnes a été mise à disposition du collectif citoyen « Le Bosquet Potager de Salzinnes » par le Séminaire diocésain de Namur, le propriétaire des lieux, en vue d’y développer un potager collectif. En 2021, le Séminaire a cependant informé le collectif de son intention de vendre la parcelle.
La Ville de Namur a été interpellée par le collectif citoyen, inquiet quant à la possible disparition de leur projet. C’est dans ce contexte que la question de l’acquisition par la Ville de Namur s’est posée.
Le Conseil communal de ce 31 mai s’est prononcé en faveur de l’acquisition de cette parcelle pour un montant total de 40.000€. La parcelle sera transférée au patrimoine de la Régie Foncière, qui en assurera la gestion, dans la continuité de l’occupation actuelle.


Préserver la vocation nourricière de la parcelle

L’acquisition de ces 63 ares permet de préserver la vocation nourricière du site, selon des pratiques respectueuses de l’environnement. Elle permet également d’oeuvrer à la nécessaire relocalisation de la production alimentaire et contribue ainsi à l’atteinte des objectifs que la Ville s’est fixée dans le cadre de son Plan de relance.

Entre 35 et 40 jardiniers sont actifs sur le site composé de 90 parcelles de 10 m2 chacune. Ils pourront donc continuer à jouir de leurs productions personnelles, le tout dans une dynamique citoyenne mais également inclusive. Ce projet revêt en effet une dimension sociale et identitaire forte ; les jardiniers, de tout âge, sont principalement issus de Salzinnes et parmi eux, plusieurs habitent les logements sociaux situés à côté du potager.


Sensibiliser à la biodiversité et au collectif

Le projet, grâce à l’association active sur le terrain, comporte également un volet important de sensibilisation : divers aménagements ont été réalisés collectivement (une mare, une espace de rangement des outils, etc.) et des panneaux didactiques ont été placés. Le site a obtenu en 2016 le label « Réseau Nature » octroyé par l’asbl Natagora, ce qui est un gage de respect de la biodiversité. Le jardin est régi par sa charte des utilisateurs ; les parcelles sont cultivées individuellement et sans pesticide tandis que le site et ses nombreux arbres fruitiers sont entretenus collectivement, ce qui fait la richesse humaine de ce lieu particulièrement accueillant.


Collaboration avec le quartier
Le potager est volontairement ouvert sur le quartier ; ni grilles, ni barrières. Seuls les grands arbres et la longue haie fruitière (450 plantations ; groseilliers, cassis, groseilliers à maquereaux, framboisiers) délimitent le potager de la rue des Bosquets en invitant les passants et les enfants à venir gouter aux fruits d’été. Les promeneurs du quartier peuvent venir y faire un détour afin d’humer et observer les saisons.
Prochainement, la toute nouvelle maison de repos d’Harscamp sera inaugurée en face du potager. Les jardiniers imaginent déjà accueillir les ainés pour créer des échanges et du lien. Les écoles de Salzinnnes sont également les bienvenues pour une visite de la mare, des insectes ou pourquoi pas une initiation au jardinage. Déjà 10 ans d’existence et encore plein de projet en vue pour le potager et ses jardiniers.


À travers cette démarche, la Ville de Namur souhaite encourage le développement de ceintures alimentaires de qualité et de proximité sur le territoire. Que ce soit au travers de la crise sanitaire, des inondations ou du conflit en Ukraine, le contexte actuel montre à quel point l’autonomie et la sécurité alimentaire sont importantes.